Prochaine exposition à DINOSART
Jacques SOLLETTY

À travers mes paysages où se retrouvent renversements, frontalité ou encore perte d’échelle, la vision que peut avoir le spectateur face à l’image se brouille. Que regarde-t-il réellement ? Qu’est-il donné à voir, comment l’interpréter, quoi donc imaginer, inventer, etc. ? Le bleu du cyanotype (accompagné depuis plus récemment de rehauts à l’encre) rajoute une couche de difficulté sur l’image, agrandissant la distance séparant le spectateur de ce qui est photographié. Donc, en réalité, au-delà de l’espace, je traite du temps. Aucun (ou très peu d’) élément(s) permettant d’identifier l’époque et la technique de tirage employée datant de 1842, nous sommes forcément renvoyés vers ce vertige du temps.